Amélie Clergue Vaurès
Ayurveda & Kinésiologie
 

Cabinet Ayurveda & Kinésiologie à Paris 16

 
 

La Vitamine D, une alliée contre le coronavirus ?

Alimentation et énergie

À quoi sert-elle ?

La vitamine D est une vitamine liposoluble indispensable à l’organisme, notamment à la protection du tissu osseux, à la croissance osseuse chez l’enfant, à la prévention de l’ostéoporose chez les seniors. Elle est également essentielle pour l’assimilation du calcium et du phosphate au niveau intestinal, pour leur mobilisation à partir de l’os ainsi que pour réduire leur élimination rénale. Elle joue un rôle dans la santé du cœur en améliorant la sensibilité à l’insuline, ce qui a pour effet de diminuer les phénomènes inflammatoires et le risque d’hypertension artérielle.
Elle est utile aux muscles, elle favorise leur contraction et le renouvellement de leurs fibres. Elle participe à la protection des neurones et permet ainsi de lutter contre le déclin avec l’âge des facultés cognitives.


Mais surtout, et c’est important dans le contexte actuel, le système immunitaire en a besoin pour combattre les virus et les bactéries qui peuvent l’agresser. La vitamine D joue un rôle crucial dans la régulation du système immunitaire. D’une part elle augmente la résistance aux infections, d’autre part elle réduit le risque de réactions excessives du système immunitaire comme les allergies ou les maladies auto-immunes. Elle va nous aider à renforcer notre immunité innée, première ligne de défense vis-à-vis des agents infectieux qui nous entourent, comme la Covid19.

Où la trouver ?

Un bon approvisionnement en vitamine D demande de faire appel à trois sources :

L’exposition de la peau aux rayons du soleil

La peau synthétise la vitamine D quand elle est exposée aux rayons du soleil. C’est la vitamine D synthétisée ainsi qui représente la plus grande partie de la vitamine D présente dans les cellules du corps. On peut couvrir ainsi 80 à 90 % de ses besoins. Mais en France cette auto-synthèse n’est possible que de mars à octobre.

Pour cela il faut exposer, directement aux rayons du soleil, un quart de la surface du corps à découvert et sans protection solaire tous les jours de 5 à 25 minutes. La durée dépend du type de peau, de la saison, de l’heure de la journée et de la latitude où vous vivez. Cependant les exigences de la vie professionnelle et le climat ne permettent pas toujours cela.

Les aliments riches ou enrichis en vitamine D

L’alimentation peut couvrir 10 à 20 % des besoins en vitamine D. On la trouve essentiellement d’origine animale. L’aliment le plus riche en vitamine D est l’huile de foie de morue. Elle est surtout dans les poissons gras : hareng, maquereau, sardine, anchois, thon, saumon, etc, dans les abats, le jaune d’œuf, le beurre, le fromage, etc. Pour un apport de 800 à 2000 UI quotidien, il faudrait manger par exemple 150g à 400g de sardines fraîches grillées ou 350g à 850g de saumon grillé.
La quantité de vitamine D provenant des végétaux est infime, on en trouve dans les avocats et dans les champignons : morilles, cèpes, chanterelles, etc.

Dans le commerce, on peut trouver de nombreux aliments enrichis en vitamine D comme le lait, les laits végétaux, les céréales du petit déjeuner, des jus d’orange, la margarine, etc. Mais attention, il s’agit la plupart du temps de produits industriels, transformés et très peu intéressants nutritivement.

Les compléments alimentaires

Quand on ne peut pas s’exposer suffisamment au soleil et qu’on consomme peu d’aliments riches en vitamine D, il reste les compléments alimentaires.


Les précurseurs de la vitamine D se trouvent sous deux formes dans les compléments et les aliments : vitamines D2 (ergocalciférol) et vitamine D3 (cholécalciférol).

Toutes deux augmentent la concentration de vitamine D dans le sang.

La vitamine D2 provient essentiellement des végétaux tandis que la vitamine D3 a une origine alimentaire animale, ce qui pose problème aux végan.

Pour libérer la forme active de la vitamine D, le calcitriol, les vitamine D2 et D3 se métabolisent d’abord dans le foie, puis dans les reins. Dans ce processus la vitamine D3 a un meilleur rendement et est plus stable que la vitamine D2. C’est pourquoi la vitamine D3 est privilégiée dans la supplémentation. Elle est d’origine animale (extraite de la lanoline, graisse de la laine de mouton), mais il existe depuis peu de la vitamine D3 végétalienne extraite à partir de lichens et de champignons qui permet aux végan de se supplémenter. C’est une vitamine liposoluble, il est donc conseillé de prendre ses compléments de vitamine au cours du repas principal car son absorption est favorisée par la présence d’aliments gras (lipides).

En conclusion

En été la vitamine D synthétisée par la peau est suffisante mais cette réserve s’épuise rapidement. Aussi il est bon de contrôler son taux de vitamine D et le cas échéant de se supplémenter au quotidien en fonction de sa tranche d’âge car la synthèse par la peau diminue avec l’âge.
L’Académie française de médecine a évalué les besoins journaliers à :
  • 800 à 1000 UI de 0 à 50 ans
  • 1000 à 1500 UI de 51 à 70 ans
  • 1500 UI au de-là de 70 ans

Mais c’est votre médecin ou thérapeute qui est le plus apte à adapter le taux optimal après analyse.

Il faut garder en tête que les recommandations de la France sur la vitamine D sont globalement inférieures à celles d’autres pays, pour ma part, je conseille à mes clients une supplémentation de 2000 UI par jour d’octobre à mars/avril. 80% des français sont en carence de vitamines D.


Enfin des études récentes liées à la Covid19, ont mis en évidence qu’un déficit en vitamine D aggrave le risque d’infection et la sévérité de la maladie. Et même si l’OMS ne la recommande pas contre la Covid, c’est une alliée précieuse pour notre santé car elle joue un rôle clé dans le bon fonctionnement de notre organisme.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.